sanovia-logo
MENU
Imprimer cet article Imprimer cet article

La première centrale géothermique en Suisse

La première centrale géothermique en Suisse

30 % de la consommation d’énergie de la Suisse est due être à la haute consommation en chauffage des habitations de ce pays. Cela signifie qu’en 2011 se développait un plan énergétique qui a proposé comme objectif la réduction des émissions de CO² et de la consommation énergétique avant 2050. Plus de 150 mesures ont été posées pour mener à bien ce projet. Les mesures portent sur des sujets tels que la mobilité et l’utilisation de l’énergie.

 

À Saint-Gall, en Suisse, l’un des projets les plus importants est celui de la construction et l’installation d’une station géothermique. La population a adopté cette mesure avec 80 % de consentements et en 2010-2012 ont commencé les forages pour analyser la qualité du sol et les conditions du terrain. Ces mêmes mesures avaient été adoptées dans des villes comme Genève ou Bâle, mais les conditions du sol ainsi que leur activité sismique avaient fait impossible de procéder à des actions de ce type.

 

Le projet a un budget qui atteint les 200 millions d’euros. Il a été lancé par les services industriels de Genève en collaboration avec le Bureau général de l’énergie et le Département cantonal de l’énergie. Saint-Gall se trouve dans une situation privilégiée. Les couches profondes de terrain principalement de roche et de calcaire à 4000 mètres de profondeur sont traversées par des crevasses et fissures que l’eau peut couler.

 

Les premières mesures ont été prises pour réaliser l’analyse du terrain par l’introduction de vibreurs et la détonation de charges. Ces analyses ont déterminé que parmi les 4000 et les 5000 mètres de profondeur de l’eau se trouve à environ 170°C. Avec cette énergie les ingénieurs prévoient qu’il est possible de fournir le chauffage à un tiers des maisons de la ville.

 

La construction de la station suppose l’installation de deux conduites d’eau, l’un pour le captage et l’autre pour la reconduction. Sur la surface, ces conduites sont relativement proches l’un de l’autre, mais à mesure qu’ils atteignent une profondeur, à environ 1200 mètres à l’intérieur se séparent, pour éviter des pertes d’énergie. Grâce à ce système, l’eau captée produit de l’énergie et la chaleur résiduelle est utilisé pour fournir de chauffage.

 

L’objectif du programme énergétique 2050 propose avec cette centrale de réduire la consommation d’énergie, en réduisant l’emploi des énergies fossiles comme le pétrole, principale source d’énergie au cours des dernières années, ainsi que la réduction des émissions de CO².