sanovia-logo
MENU
Imprimer cet article Imprimer cet article

Suisse…un objectif ambitieux en matière de politique climatique

Suisse…un objectif ambitieux en matière de politique climatique

La Suisse a fixé l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de moitié par rapport aux niveaux de 1990 et ce à l’horizon 2030. Hier, le Gouvernement a mis à consultation trois projets destinés à atteindre cet objectif. La réaction des organisations écologistes a été immédiate : la Suisse est en retard par rapport à ce qui doit être fait.

 

Adoption de l’accord du sommet climatique de Paris, la révision de la loi sur la CO2 et l’accord avec l’Union européenne pour raccorder les systèmes d’échange de quotas d’émissions : ce sont les trois projets que le Gouvernement helvétique a mis à consultation jusqu’au 30 novembre.

 

Neuf mois après l’accord historique conclu à la COP21 tenue à Paris – qui prévoit de limiter à 2 °C l’augmentation de la température terrestre par rapport à l’ère industrielle- la Suisse souhaite être l’un des 60 premiers États à ratifier le document. Ainsi l’a déclaré ce jeudi la ministre de l’environnement, Doris Leuthard. Idéalement, a précisé, le Parlement l’adoptera à l’été 2017.

 

L’objectif du pays helvétique est de réduire d’ici 2030 les émissions de CO2 de 50 % par rapport aux niveaux enregistrés en 1990. C’est un objectif « ambitieux mais réaliste », selon la ministre. Actuellement, la Suisse produit 0,1 % des émissions globales.

 

Pour appuyer la stratégie énergétique 2050 et respecter les engagements tracés à Paris, la Suisse prévoit aussi réviser la loi sur la CO2. Les instruments utilisés ont été renforcés et le gouvernement établit des objectifs intermédiaires, a déclaré Doris Leuthard. Pour réduire les émissions, la Suisse axera les mesures, surtout dans les secteurs de la construction (efficacité énergétique), les transports, l’industrie et l’agriculture.

 

En outre, le Gouvernement a mis en consultation le projet de couplage des systèmes helvétique et européen pour l’échange de quotas d’émissions. Cependant, l’Alliance du climat de la Suisse, qui regroupe 66 organisations onusiennes, affirme que le Gouvernement helvétique ne remplit pas ses promesses. En particulier, la nouvelle loi sur le CO2 ne permettra pas au pays alpin d’atteindre les objectifs fixés ni abandonner complètement les énergies fossiles d’ici 2050 pour les remplacer par des sources renouvelables.