sanovia-logo
MENU
Imprimer cet article Imprimer cet article

Une seule planète au lieu de trois…

Une seule planète au lieu de trois…

Avec leur initiative « en faveur d’une économie verte », les Verts posent une question qui revêt pour eux une importance capitale. Cette initiative populaire propose de réduire l’empreinte écologique de la Suisse au niveau soutenable d’une seule planète, d’ici 2050. Parce que si tout le monde avait le même niveau de vie que les Suisses, nous utiliserions trois planètes. Selon les initiateurs, le passage à une économie verte permettrait de lutter contre les problèmes environnementaux tels que le changement climatique, la déforestation et la pêche excessive, et utiliser les ressources naturelles de façon plus durable : « Nous voulons que la société du gaspillage ouvre la voie vers un cycle économique misant sur des produits de longue durée et réutilise les déchets comme matières premières ».

 

L’initiative n’a eu aucun succès dans le parlement qui l’a jugé incompatible avec l’économie. En outre, comme l’estime le Conseiller national bernés par le PLR Christian Wasserfallen, qui a mis en garde contre les dangers d’une « réglementation excessive et sans sens », l’économie suisse est déjà suffisamment verte. Bien que le Conseil fédéral rejette également l’initiative, a présenté une contre-proposition indirecte, car elle appuie au moins les principes directeurs de cette demande. Il a présenté un amendement à la loi de l’environnement, destinée à protéger les ressources et de leur donner une utilisation plus efficace. Au cours du débat au Parlement, la conseillère fédérale Doris Leuthard a été exprimé dans un langage similaire à celui des Verts :  » Nous devons en finir avec cette société du gaspillage et de créer une économie cyclique », et a ajouté que la Suisse produit la plus grande quantité de déchets par habitant de toute l’Europe. Toutefois, la mise en garde de la conseillère fédérale n’a pas eu l’écho, car le Parlement a jugé excessive même une adaptation de la loi sur la protection de l’environnement de 1983. Maintenant le peuple qui sera en mesure, le 25 septembre, de décider sur l’initiative des Verts, sans qu’il existe une contre-proposition.